draps roses, mellon collie et infinite sadness

31 janvier 2009

Tu m’avais promis que c’était moi, celle que tu allais aimer pour toujours. Qu’avec moi, tu voulais des enfants, voyager au bout du monde et revenir aussi, avec mille photos de moi et toi, dans ta valise. Tu regardais les étoiles en me serrant la main trop fort, tu attendais celle qui allait filer juste pour que je puisse enfin faire mon voeu et te ficher la paix, tu m’amenais partout voir le soleil se lever, tu riais de me voir crier en courant dans l’eau froide du lac, toute nue.  

Puis cette foutu chanson qui joue trop fort ici, elle ne me donne plus envie de chanter en préparant le petit-déjeuner passé midi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :