les saisons qui passent

5 mars 2009

On avait attendu le show tout l’été. Comme des enfants. Je faisais des X sur le calendrier, tu me traitais de crazy princess en comptant les X qui passaient. Le petit baiser que tu as déposé sur ma joue quand tu as su que c’était MA toune. Puis après, quand on est rentré, des souvenirs plein les oreilles, pour danser le dernier album. J’y avais cru ce soir-là, que c’était peut-être toi.

Quand l’automne s’est mis à neiger, je t’ai demandé de partir. De petits morceaux de vie brisée que tu jetais, en désordre, dans ta valise. En chantant MA toune. Tu n’as pas demandé pourquoi, tu n’as pas crié, ni pleuré. Tu le savais trop bien, que l’amour ça va, ça vient. Que j’aime à la folie et qu’un lendemain, tout s’éteint partout autour de moi.

Tu m’as demandé de t’écrire parce que c’est vraiment ce que je faisais le mieux, t’écrire. Même aimer, même l’amour, je trouvais ça difficile et je ne savais pas trop comment faire pour t’aimer comme dans les films. Je t’ai simplement demandé de partir, sans trouver une vraie raison.

J’ai regardé la neige tomber et ça m’a rassurée de penser que l’amour est une chienne.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :