l’amour sur le boulevard

15 mars 2009

Il faisait lumineux comme un début d’après-midi. Première journée après les vacances, terminée. Je les ai vus au loin, assis sur le béton froid. Son bras autour d’elle, il ne disait rien. Elle non plus. Elle pleurait. Elle pleurait tellement beaucoup que ça m’a donné envie d’arrêter. Mais évidemment, j’ai continué mon chemin.

Plus loin, y’a eu le graffiti sur le mur t’es un osti de chien sale mais je t’aime comme une crisse de folle.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :