un lundi à Montréal

30 mars 2009

J’ai traversé le parc, celui-là au milieu de la ville. J’avais beaucoup de temps devant moi, c’est ce que je pensais. Alors j’ai marché en fuyant l’ombre parce que le vent gelait les feuilles. J’ai passé près de la patinoire, un reste d’hiver sur le lac.

J’ai pensé à cette nuit d’été où nous avions pédalé jusque là pour fumer une cigarette. Elle avait presque tombé à l’eau, à cause du gazon mouillé et des freins un peu vieux. Le bruit des pneus qui n’arrêtaient pas aussi vite qu’elle le souhaitait, ils avaient ris en nous voyant crier la peur.

J’ai marché jusqu’à la Station Centrale. J’ai pris un chocolat chaud. J’ai attendu l’autobus qui arrivait de Québec en me disant qu’il viendrait peut-être de Québec, le prince charmant. Une mère et ses trois enfants. Un couple sans amour. Deux adolescentes sur un trip d’acide. Deux vieux qui s’aiment encore. Plein de clichés. Mais pas de prince charmant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :