histoire brisée

24 avril 2009

Il m’a appelé. Sa voix qu’on entend jamais vraiment bien. Parle plus fort que je lui dis à chaque fois. Pas aujourd’hui. Me prêtes-tu ton divan pour deux trois ou quatre nuits? Une semaine, peut-être. Ça dépend. Une chicane avec sa blonde. Une autre. Parce que le bonheur, c’est la joie que deux notes ont à rebondir une contre l’autre. C’est Christian Bobin qui l’a écrit. Eux, ils se cognent. Ils s’évitent. Se confrontent. Ça peut être essouflant, à la fin.

Viens t-en, deux semaines s’il le faut. J’ai loué des films, j’ai du filet mignon au frigo. Je vais faire un peu de ménage avant, tu arrives quand?  

Il était assis dans l’escalier. Je peux attendre dehors, un peu, si tu veux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :