comme une veille de Noël

7 février 2010

Je me suis retrouvée au milieu de la pluie qui tombait très fort, ça mouillait mes cheveux et ça mouillait mes pieds.

De l’autre côté de la rue, tu étais trempé toi aussi et tu souriais et tu as crié. Je n’ai pas bien entendu. Je t’ai demandé de répéter et c’est le monsieur avec la longue barbe blanche qui m’a regardé avec son vieux sourire de Père Noël le gars de l’autre bord de la rue, il dit qu’il t’aime.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :