Il a bu un café. J’ai préféré un lait chaud à la vanille/cerise. Il a parlé de mes cernes dors-tu assez? J’ai répondu je dormais mieux avec toi. Il n’a pas été trop content, il a même soupiré un peu, je pense. On aurait pu croire que le lait chaud à la vanille/cerise, ça saoûle, parce que ça m’a donné les joues rouges pis je me suis mise à dire tout plein de conneries genre on pourrait essayer encore, j’aime comme une retardée mais j’aime quand même tsé, on pourrait retourner au resto qui t’a donné le flu, dis donc oui tu pourrais fumer des smokes en-dedans, remember? – faudrait juste fermer le rideau. 

Il a fini par me dire quelque chose comme tu es très cute mais je ne t’aimerai jamais crisse, je le sais je le sens. Mais c’était dit gentil, pas comme ça, pas comme une bombe dans ma face de joues rouges. Il m’a donné un bec sur le front. Il a dit aussi c’est mieux qu’on ne se revoit plus, finalement. J’ai trouvé qu’il avait donc raison mais crisse que c’est pas comme ça dans les films de Noël. Il a remis sa belle tuque, pas celle de cet automne, une autre, celle de l’hiver et des tempêtes. Il a dit salut petite princesse. Moi, j’ai rien dit parce que ça me faisait un peu mal dans mon coeur de petite princesse.

J’ai essayé que mes yeux n’aient pas l’air trop triste, j’ai marché sur la plaza st-hubert en ayant très peur de glisser sur une plaque de glace. J’ai croisé un vieil ami du secondaire je viens de tomber en vacances, as-tu envie de boire une bière? Je l’ai suivi. J’ai envie de boire mille bières. Il a rit. T’as pas changé qu’il a dit.

Non crisse, y’a rien qui a changé.

Des fois, tu aimes like crazy, pis un matin, cet amour fout le camp. Le jour se lève, comme la veille, comme demain aussi, on dirait la nuit qui reste partout autour sauf ailleurs, sauf dehors, sauf pour les voisins, ça continu. En boule, tu te dis que c’est fini, tu te promets que plus jamais ça arrivera, fuck off, l’amour c’est fuckin beau quand le gars t’achète des fleurs, c’est beau aussi le dimanche matin-midi, c’est beau dans les mariages, c’est beau quand on fait l’amour dans le salon ou dans le corridor, l’amour c’est rose, c’est du soleil, des étincelles de bonheur partout, oui crisse l’amour c’est beau. Tu te surprends même à penser que ça pourrait durer toujours. Bullshit.

On a parlé de ça, Caro et moi. De l’amour quand on pensait enfin que ça y’était, de la fois où il était parti et de la soirée à boire du porto et pleurer, toutes ensemble. Elle était triste et nous, on était triste de la voir triste. Ou sinon, cette fois-là où il avait demandé de ne pas partir même s’il n’était pas prêt mais non, ne pars pas. On avait encore pleuré toutes ensemble, sur le balcon. Ou la fois où son ex était encore dans le décor, dans son souvenir, et que c’est jamais cool de passer en deuxième. On avait loué des films d’amour et on avait pleuré, le générique commençait.  

Elle a dit ça l’autre jour c’est probablement à cause de toutes ces déceptions-là qu’aujourd’hui, je suis toute seule et je préfère peut-être même être toute seule, juste pour éviter ces moments-là, tu t’en souviens Anna, ces moments-là où on se couche en mille morceaux pour pleurer, c’est atroce, ça fait trop mal. Je ne peux plus vivre ça.

J’ai monté le son de la radio I went to the doctor guess what he told me, guess what he told me? He said, girl, you better have fun, no matter what you do. But he’s a fool on a chanté tellement fort la toune, on en a profité parce qu’on le sait bien, un jour.. we will fall in love, ça va être beau, crisse que ça va être beau.

Il y a des matins comme ça, des souliers rouges et le ciel bleu, une enveloppe dans la boîte aux lettres, des mots gris écrient sur un fond de rose je te souhaite tout le bonheur du monde mais pas avec moi parce que je suis loin d’être un prince charmant. Ça m’a fait sourire. Et puis cette amie qui croit habituellement en moi et qui pense que si on a pas encore fait quelque chose à presque 30 ans, on ne le fera jamais. Et cette petite fille de rien du tout qui pleure à tous les midis parce que les autres ne l’invitent jamais à leur fête. La fille rousse qui prétend aimer comme une folle mais qui est seulement incapable de vivre sans lui. Celui avec les dents grandes comme ça qui est gentil like a little sweetheart mais tellement laid. Il y a aussi les spéciaux du Club Vidéo, l’humeur changeante de la voisine, le silence de celle qui est revenue en laissant l’autre, là-bas.

Un début d’automne qui se mélange aux feuilles qui tombent et aux chaises longues sur le patio. Une caisse de douze qui traîne sur le balcon, depuis cette fois-là où il est parti en la laissant pleurer devant Le Banquier. Des vêtements sur le plancher sale, un frigo trop vieux qui gobe toute l’énergie d’Hydro, un miroir qu’on ne pose juste pas, de vieux grains de popcorn encore meilleurs parce qu’ils sont là, dans le bol, depuis l’autre soir, le téléphone rouge avec la sonnerie agressante qu’il m’a offert pour mes 25 ans.

Le téléphone rouge, comme Batman, comme l’amour, comme la timitidé sur mes joues, comme cette fois-là où j’ai reçu une enveloppe par la poste, des mots gris écrient sur un fond de rose je te souhaite tout le bonheur du monde mais pas avec moi parce que je suis loin d’être un prince charmant.

Vous devriez avoir des enfants, mademoiselle. Elle était un peu vieille, la madame qui m’a dit ça. C’est juste que le bébé avec les grands yeux bleus et les cheveux noirs, il me regardait et il me tendait sa toute petite main de rien du tout, comme s’il voulait que je la prenne, sa main. Alors j’ai déposé mes oeufs dans le panier et je me suis approchée du bébé en disant salut t’es donc ben cute pis c’est là que la madame m’a dit vous devriez avoir des enfants, mademoiselle.

Moi j’ai pensé je suis trop souvent lendemain de veille pour avoir des bébés, j’ai même pas de chum, pas de maison, pas de chien, c’est ce qu’il faut avant, non? Pis la madame a ri des fois, ça arrive plus vite qu’on pense, quand on ne s’y attend pas pis j’ai dit ah oui ça, je l’sais..

Le bébé a tenu mon doigt vraiment fort vraiment longtemps pis je commençais à avoir mal aux genoux à force d’être accroupie comme ça. J’ai voulu flatter sa joue mais je sais que des fois, les mamans, elles n’aiment pas ça voir des inconnues toucher à leur bébé alors je me suis retenue mais il était cute Samuel et aujourd’hui, c’était lui l’homme de ma vie.

Sinon, il y a aussi Crisse Gervais, il est parti dimanche passé, pour trois semaines. On s’est écrit un peu, on s’est vu une fois ou deux, il m’a écrit Tu vas peut-être être contente, je reviens plus tôt que prévu. Crissement plus tôt en fait; je reviens mardi… et moi j’ai pensé – il s’ennuie tellement de moi, en Italie, avec toutes ces italiennes autour, il a réalisé que c’est moi the One et il revient plus tôt, juste parce que c’est insoutenable, la vie sans moi.

J’ai hâte qu’il voit mes lunettes rouges.

Quand le cadran a affiché 9h04, le réveil a sonné. Ça faisait quoi, cinq heures? On s’est endormi un par-dessus l’autre, sur le divan, des verres de vin encore plein, un bol de popcorn vide, la télé sur mute, la même toune de The Roots qui jouait sur repeat, pas trop fort, une crisse de chance.

J’ai dit eh shit, la journée va être longue. Tu as dit t’es donc ben belle quand tu dors pas longtemps.  Tu m’as raconté un rêve ou deux, j’ai inventé le mien. En tirant les rideaux, on a vu le soleil dehors, y’avait de gros nuages blancs aussi mais on a juste remarqué le soleil. C’est kitch le soleil, c’est ben mieux la pluie, les tempêtes, le vent qui fait tout tourner. C’est kitch aussi les histoires d’amour, les salons rose, les princessses dessinées sur les murs, les étoiles en lumières, partout dans l’appart.

Moi, j’aime ça. Pis toi, tu m’aimes comme ça. Yé où le fuckin problème, alors?

un conte de fées

18 janvier 2009

Certains jours, je me dis que c’est fini. Que je t’ai demandé de partir. Que tu ne reviendras plus. Je me dis que c’est sûrement mieux ainsi. Qu’on était pas dû. Pas dû pour se revoir. Pas dû pour passer une soirée en pyjama. Pas dû pour les sourires, pour les baisers, pour les longs matins à rire ensemble pendant que le soleil, dehors.. se couchait déjà.

D’autres jours, j’ai envie de faire l’épicerie avec toi. De laver la vaisselle. De jouer au nintendo. Des fois aussi, j’ai envie de me chicaner avec toi pour qu’après, l’amour goûte meilleur.